Actualité

[ACTU COMPAGNIE] Les ambitions démesurées de Rossiya !

Rossiya1
Publié par Tyler Birth

Le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres. La faillite de la compagnie russe Transaero intervenait il y a six mois et on se souvient de l’arrêt brutal de ses activités et des nombreux vols de convoyages qui avaient suivi pour l’ensemble de sa flotte.

Source © Flightradar24.com

Cette dernière était essentiellement composée de Boeing mono et bi-couloirs : 737, 767, 777 et 747.

Rossiya3

On y trouvait également des Airbus très récents équipés non seulement de sharklets mais surtout de la toute nouvelle livrée ! Ces derniers avaient été reçus seulement deux mois avant la faillite…

Les observateurs d’alors se doutaient bien que ces avions ne resteraient pas inutilisés bien longtemps et trouveraient tôt ou tard preneur.

Était alors apparue comme hypothèse la plus vraisemblable le transfert de ces aéronefs vers la plus grande compagnie Russe Aeroflot. On imaginait déjà les 747 Aeroflot reprendre vie sous les couleurs de la compagnie emblématique. Idem pour les A380 commandés par la défunte Transaero et dont elle ne prendra jamais livraison.

Rossiya.

Il en a été autrement et c’est finalement la compagnie privée Rossiya qui tire son épingle du jeux. Les premiers Boeing long-courriers de Transaero ont récemment été repeints, et Rossiya en profitait pour dévoiler une toute nouvelle identité !

La nouvelle livrée tranche beaucoup avec la précédente, mais le visuel choisi n’est pas des plus flatteurs… De plus cette livrée est plus complexe à réaliser et est quelque peu déroutante en terme de design.

Jusqu’à présent, la compagnie opérait surtout des appareils mono-couloirs, ce qui lui permettait d’opérer des vols en Europe.

Rossiya5

L’arrivée des gros porteurs donnera un énorme coup de pouce à la compagnie puisqu’elle les récupère de toute évidence à très bas prix.

Sur ces avions, la nouvelle livrée est assez réussie !

Uniformisation des cabines ?

Une incertitude demeure : la gestion des anciennes cabines Transaero. Celle-ci proposait par exemple une cabine First dénommée « Imperial Class » au design quelque peu vintage mais donnant fortement envie d’être essayée !

La configuration du nez de l’avion était fort attrayante avec les trônes 1C et 1F au milieu de la cabine !

Rossiya4

Aeroflot n’est pas loin.

Il est intéressant de rappeler que Rossiya est en réalité une filiale d’Aeroflot. Cette dernière en détient 75% du capital, ce qui lui permet d’être présente par procuration à Saint-Petersbourg « Pulkovo International Airport ». Elle y exploite par exemple la ligne LED-ORY par l’intermédiaire d’un A319 Rossiya.

Rossiya7

Mais les nouveaux Boeing récupérés de Transaero sont pour l’heure utilisés bien différemment. On les retrouve sur des liaisons domestiques et au départ de l’ancien hub de Transaero – qui est également un hub Rossiya : Moscou Vnukovo International Airport. Il effectuait d’ailleurs ses vols domestiques pour le compte d’Aeroflot, et à destination de la Crimée.

Rossiya2

Il semble que tout cela fonctionne puisque de nouveaux appareils continuent d’entrer dans le giron de la compagnie russe Rossiya.

Celle-ci assume par ailleurs pleinement son rattachement avec Aeroflot puisqu’elle en partage le programme de fidélité Aeroflot Bonus.

Rossiya6

Conclusion.

On savait que les appareils Transaero ne resteraient pas longtemps isolés sur un tarmac. Les voir revoler sous une nouvelle identité est une bonne chose, surtout si cela permet à Rossiya de développer l’aviation russe.

Cependant le plan de développement induit est spécial puisqu’il doit inclure de tout nouveaux avions, former des équipages, gérer de nouvelles cabines etc. Par ailleurs même si Transaero a fait faillite, elle répondait forcément à une demande qu’il faut pouvoir absorber, ce qui n’est pas forcément évident pour une petite compagnie comme Rossiya et malgré le savoir-faire de sa maison-mère.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

Publier un Commentaire