Actualité

[ACTUALITE] Airbus à Singapour : encore une belle moisson pour l’avionneur !

Publié par Tyler Birth

Le Singapore Airshow s’est achevé la semaine dernière. Grande messe annuelle, c’est toujours l’occasion pour constructeurs et sous-traitants de montrer leur force de frappe en espérant annoncer les contrats les plus fumeux.

Deux noms ressortaient cette semaine, et ce sont d’ailleurs ceux qui reviennent le plus depuis plusieurs mois : Airbus et Bombardier.

Bombardier sort de l’impasse.

Le constructeur canadien est celui qui est le plus en difficultés. Après les déboires qu’il a connu en début d’année, on espérait que l’avenir se débloquerait. Mais l’actualité n’a pas été clémente puisque Bombardier annonçait la suppression de plus de mille emplois dans ses usines de Belfast en Irlande du Nord – soit tout de même 20% de l’effectif total !

La bonne nouvelle viendra dans le même temps d’Air Canada qui finit par céder sous la pression et signait une lettre d’intention (LOI) pour 40 avions de type CSeries ainsi que 35 en option. Attention toutefois, certains pourraient être convertis dans la version plus petite : le CS100.

cs100

Un bol d’air pour Bombardier à qui on souhaite d’autres commandes de ce type, même si on sent bien ici que c’est le gouvernement canadien qui a été à l’initiative de cette avancée. Air Canada voulait-elle vraiment de cet appareil ? Elle exploite déjà une flotte conséquente d’avions régionaux (CRJ) et d’Airbus moyen-courrier : on se demande bien quel vide opérationnel viendra combler ces CSeries… si ce n’est remplacer certains Embraer 190 – les plus vieux ont pourtant à peine plus de 10 ans d’exploitation.

Airbus toujours en tête d’affiche.

L’avionneur européen n’en finit plus d’afficher des bonnes nouvelles. Pas de grandes commandes emblématiques à l’iranienne pendant ce salon, mais tout de même un nouveau futur client pour l’A350 : Philippines Airlines.

PR

La compagnie exploite déjà aujourd’hui une grosse flotte d’Airbus pour son réseau régional et international. Mais à ce jour ses flagships demeurent ses six Boeing 777-300ER qui sont opérés uniquement sur l’Amérique du nord (SFO, YVR, JFK etc.).

Cet appareil de nouvel génération, configuré en tri-classe, devrait permettre à la compagnie d’étendre son réseau international, et pourquoi pas européen où elle est assez faiblement présente : elle ne vole plus que vers Londres-Heathrow !

2016-02-23_093101

Conclusion.

Ce salon international a été le théâtre de belles annonces pour Airbus et Bombardier. Moins pour Boeing qui se trouve empêtré dans une affaire de faux concernant sa comptabilité et qui tombe au plus mauvais moment : l’avionneur traverse une mauvaise passe et pourrait prochainement supprimer plusieurs milliers d’emploi !

C’est peut-être ce contexte morose pour la firme de Seattle qui a accéléré le processus d’autorisation de vente d’avions envers les compagnies iraniennes, officialisé en fin de semaine dernière.

Tyler.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

Publier un Commentaire