Actualité

Singapore Airlines modifie ses cinquièmes libertés européennes

Publié par Tyler Birth

La compagnie Singapore Airlines est une des rares compagnies non-européennes à opérer des vols transatlantiques en cinquième liberté entre Europe et Etats-Unis.

Cette situation va changer en 2017 avec de nouvelles routes, une modification des fréquences, et le positionnement de nouveaux avions.

Les routes actuelles.

Cinq vols ont la particularité de ne pas opérer directement depuis Singapour mais en continuation :

  • SQ26 : FRA – JFK en A380
  • SQ62 : DME – IAH en 777-300ER
  • SQ328 : MUC – MAN en 777-300ER
  • SQ68 : BCN – GRU en 777-300ER
  • SQ378 : MXP – BCN en 777-300ER

La compagnie a annoncé des changements de ce planning pour correspondre avec la variation de la demande.

Francfort – New York et Barcelone – Sao Paulo demeurent inchangées. Pour la première c’est une bonne nouvelle car depuis l’arrêt de la ligne Singapour – New York en A340-500 la ligne n’est plus desservie que par l’Ouest.

Les autres lignes européennes sont affectées et à partir du début de la saison IATA 2016/2017, Singapore Airlines n’opérera plus qu’un seul vol transatlantique entre Europe et Etats-Unis.

Du changement.

SQ62.

La ligne Moscou-Domodedovo – Houston ne sera donc plus opérée telle quelle. La raison – que n’invoque pas officiellement la compagnie – : la crise qui touche la Fédération de Russie ayant le double effet de réduire la demande sur cette ligne hautement liée à l’industrie du pétrole, et de diminuer les budgets déplacements (de loisirs ou d’affaires) des ressortissants russes.

Le malheur des uns fait cependant le bonheur des autres puisque la ligne Singapour – Moscou continuera d’être opérée sous le code SQ362 à raison de quatre vols par semaine. Et à partir du 27 mars 2017, c’est le tout nouvel A350 qui sera positionné sur la ligne !

SQ52.

C’est la grande nouveauté de Singapore Airlines : la compagnie opérera Singapour – Manchester en direct en Boeing 777. Par contre le vol n’est opéré que cinq jours par semaine.

Ce vol aura une double particularité : il sera effectué de nuit sur les deux segments aller et retour, car il continue en journée sur Houston, prenant ainsi le relai de la ligne Moscou – Houston.

En effet malgré l’arrêt de la ligne Moscou – Houston la compagnie singapourienne ne quitte pas le Texas définitivement et s’appuiera à partir de cet hiver sur l’autre escale européenne qui perd son stop à Munich : Manchester. Le SQ52 permettra donc toujours de rallier les Etats-Unis depuis Singapour toujours via l’Europe avec le routing SIN – MAN – IAH. En termes de distance parcourue, une différence marginale de moins de 400 miles en défaveur de Manchester.

En termes strictement opérationnels ou pour les passagers entre SIN et IAH, cette mutation est transparente :

Le vol SQ62 actuel a les horaires suivants : SIN 2:30am – DME 8:10am | DME 9:40am – IAH 2:05pm

Le vol SQ52 qui débutera le 30 octobre  : SIN 2:35 – MAN 9:00 | MAN 10:15am – IAH 2:35pm

On notera d’ailleurs qu’en dépit du rallongement kilométrique, l’escale est raccourcie de 15 minutes, sans doute grâce à l’efficacité aéroportuaire de la plateforme anglaise. Par contre, les clients qui avaient prévu de voler entre Moscou et Houston ou inversement devront eux être repositionnés sur d’autres vols Lufthansa, United etc. – ce qui ne pourra assurément pas se faire de gaieté de cœur…

SQ328.

Quant au vol Singapour – Munich, il deviendra donc direct et non-stop, tous les jours, et en A350. Il rejoindra d’ailleurs la ligne Singapore – Dusseldorf, inaugurée il y a quelques jours elle aussi en A350.

SQ378.

La ligne Singapour – Milan est opérée jusqu’à deux fois par jour avec un vol via Barcelone : le vol SQ378 (SIN – MXP – BCN), et un vol direct SQ368 (SIN – MXP). Le premier vol prend fin pour l’hiver et SQ ne desservira Milan plus que cinq fois par semaine en 777 par le vol SQ368.

Singapore Airlines quitte donc Sao Paulo : elle met fin à l’un de ses trois vols transatlantiques et à son unique vol vers l’Amérique du Sud ! Quant à Barcelone : la ligne ne sera est suspendue pendant plusieurs mois.

Voici donc la nouvelle carte des vols Europe / USA de Singapore Airlines :

Pourquoi changer ces vols ?

La compagnie asiatique semble être dans une grande période de restructuration puisque ces annonces interviennent quelques semaines après les modifications apportées à ses opérations trans-pacifiques.

Effectuer des vols de bout de ligne sont des opérations complexes car les avions partent loin, effectuent de longs vols, et il n’est pas évident de gérer des irrégularités opérationnelles ou éventuels retards. Singapore Airlines rationalise donc ses opérations tout en gérant une continuité puisqu’elle n’abandonne pas Houston qui est à la fois un hub Star Alliance où est basé United, en plus d’être un pôle industriel majeur.

Mais pourquoi Manchester ? La compagnie n’a pas officiellement communiqué sur la question. La baisse de la demande au départ de la Russie évoquée plus haut n’est pas le seul facteur explicatif. L’Angleterre est un marché très important pour les Etats-Unis, et Singapore Airlines utilise l’aéroport de Manchester sans doute à défaut d’Heathrow qui est saturé. De plus ayant United comme partenaire Star Alliance, cela lui permet d’apporter des sièges supplémentaires sur cette liaison où elle pourra proposer des code-share ainsi que des vols de continuation au delà de Houston – un des aéroports les plus dynamiques du monde avec 43 millions de passagers en 2015.

Conclusion.

A ceux qui voudraient tester Singapore Airlines sans effectuer un trajet trop long et trop coûteux, il ne reste plus que quelques semaines pour profiter des lignes Munich – Manchester et Milan – Barcelone. Attention cependant, les miles United que vous avez acheté à prix cassés ne vous seront pas d’une grande utilité, SQ ayant la réputation – et c’est un fait avéré… – d’être une des compagnies les plus restrictives au monde en termes de disponibilité de billets award.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

Publier un Commentaire