Actualité Bonnes affaires

[BON PLAN] La First de British Airways est-elle intéressante à ce tarif ?

BA11
Publié par Tyler Birth

British Airways est en promotion en ce moment au départ d’un pays du nord de l’Europe fréquemment concerné par des très bons tarifs, comme on a déjà eu l’occasion d’en parler sur ce blog.

Le routing.

Le tarif qui nous intéresse aujourd’hui est au départ d’Oslo à destination de Boston avec la compagnie British Airways. De surcroît pour une fois il s’agit d’un tarif intéressant en First.

BA1

25 000 NOK reviennent à moins de 2 700 EUR au taux du jour selon le calculateur du site de British Airways.

BA2

La First selon British.

Les compagnies aériennes qui font le choix de proposer un produit First sont confrontées à deux types de scénarios.

  • Un produit d’exception à un tarif d’exception. C’est ce qu’ont choisis Air France ou encore Singapore Airlines. Leurs ultimes classes avants sont autant inaccessibles sur le plan tarifaire, que de très grande qualité, comme le blog s’en est déjà fait écho.
  • Un produit Business amélioré. C’est le cas de British Airways mais également American Airlines ou encore Qatar Airways.

Bien sûr la frontière n’est pas rigide et beaucoup de compagnies se situent à mi-chemin. Cependant on constate que si certaines compagnies mettent la barre très haut et s’attachent à proposer un produit très haut de gamme, ce n’est pas le cas de beaucoup d’autres qui en font un produit flottant au gré des promotions.

Preuve en est avec les plans cabines de British Airways. La configuration en épi n’est pas le signe d’une classe exceptionnelle, et fait davantage penser à une Business. De plus la cabine est très dense avec jusqu’à 14 sièges dans le nez du 747 !

BA10

Concrètement cela se traduit par des tarifs plus abordables… mais une prestation moins exclusive. Démonstration avec le tarif du vol direct qui est évidemment très cher mais sans être indécent comparé au tarif de la Business sur le même segment.

  • First

BA4

  • Business

2016-05-18_233502

Avec 400 GBP de différence, les attentes qu’il faut avoir du produit doivent forcément être modérées.

Le gain de miles.

L’Executive Club demeure assez généreux pour les classes avant, surtout lorsqu’on voyage avec la compagnie-mère.

Pour ce tarif il faut regarder la ligne « Affaires, flexible » pour le premier vol et « First, tarif le plus bas » pour le second puisqu’il s’agit d’une promotion.

Classe J pour les vols en Club Europe (Business moyen-courrier).

BA9

Et classe A pour les vols en First.

BA8

Total de 19 952 avios pour l’aller-retour de ce routing. Pour les membres Gold du programme il faut ajouter 100% de la distance soit un total de près de 28 000 avios.

Avec un coût de 9,5 cts / avios au minimum ce n’est pas l’affaire du siècle, mais cela reste un gain décent.

En termes de statut, un tel routing fait gagner 500 Tier Point et 4 segments qualifiants. C’est 100 TP de moins qu’il n’en faut pour un statut Silver (oneworld Sapphire) donc sur ce point : rien d’exceptionnel.

Faut-il booker ?

Evidemment le tarif à acquitter est trop onéreux pour un voyage sur la côte Est, qui plus est au nord de celle-ci. Surtout à bord de ce produit First que beaucoup pourrait confondre avec une classe Business de type Cirrus ou Super Diamond.

BA11

Mais les occasions de voyager en First à ce tarif restent tout de même rares.

Le surclassement ?

British Airways propose très régulièrement des surclassement « gratuits » en First.

BA6

En fait pour bénéficier ce généreux surclassement il faut avoir réservé a minima en classe R.

BA7

Une classe de voyage évidemment hors de prix que ce soit au départ de Londres :

2016-05-19_003225

Ou d’Oslo :

2016-05-19_003057

2455 EUR soit… quasiment le prix de la First dans les deux sens sans surclassement particulier !

Conclusion.

La First de British Airways est chère dans l’absolu, mais reste un rapport qualité-prix honnête à moins de 3000€, pré-acheminement en Norvège inclus.

Faut-il pour autant aller jusqu’à Oslo alors que des tarifs très intéressant sont accessibles depuis la Belgique, le Luxembourg ou encore l’Irlande ? Peut-être pas. Surtout qu’en dernier recours, British Airways permet des surclassements très pratiques en « avios & money » qui n’empêchent pas l’accumulation de miles et de points statuts.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

1 Commentaire

Publier un Commentaire