Actualité Bonnes affaires

Le casse-tête de l’aller-simple : des solutions existent !

route4
Publié par Tyler Birth

Les bons tarifs en aller-simple étaient jusqu’à il y a peu le grand absent de l’aérien. La plupart des compagnies aériennes s’entêtant à ne charger que des tarifs en aller-retour – ou, pour les plus malignes, des open-jaw permettant de voyager en triangle -, laissant ainsi le champs libre aux low-costs.

route5 route6

Un dispositif totalement obsolète au XXIème siècle où les profils des voyageurs sont aussi diverses que les possibilités de routing, et les voyageurs n’ont plus uniquement vocation à se balader quelques jours puis rentrer chez eux, mais plutôt – et de plus en plus – à diversifier leurs cheminements.

Ces allers-simples permettent donc de varier les destinations visitées. On a évoqué, à plusieurs reprisesle joli tarif de Saudi Arabian Airlines – ainsi, plus récemment, que le tarif Oman Air – qui sont autant d’options qui permettent de se rendre en Asie du Sud-Est à moindre frais, et dans le confort d’une classe Business.

Voyager en Business à moins de 500 EUR : rarement possible autrement qu'en aller-simple...

Voyager en Business à moins de 500 EUR : rarement possible autrement qu’en aller-simple…

Mais comment compléter efficacement ce voyage en rentrant en Europe à moindre frais, ou dans des conditions de confort semblables ?

Deux possibilités s’offrent en ce moment aux voyageurs.

SkyTeam en Eco.

Au départ de Kuala Lumpur – un hub asiatique peu distant de l’Indonésie où achemine Saudia – les deux compagnies partenaires Vietnam Airlines et Air France affichent un tarif à peine supérieur à 200 EUR… tout en permettant un stopover d’un peu plus de 24h au Vietnam pour celui qui souhaite segmenter son voyage (lien direct vers Momondo.fr).

route1

Pour une poignée d’euros supplémentaires, il est en outre possible de profiter du confort de l’A350 ainsi que des nouveautés mises en place par la compagnie ces derniers mois, et qui opère quotidiennement sur SGN-CDG et HAN-CDG.

oneworld en Business.

Seconde possibilité : Finnair (trouvable facilement sur Expedia). Ici l’intérêt principal est de basculer chez oneworld ce qui permet de cumuler de précieux Tier Points – pour celui qui fait confiance contre vents et marées au British Airways Executive Club -.

Pour moins de 800 EUR la Business de la compagnie nordique permet un gain de 180 TP, ce qui n’est pas négligeable.

route2

Ce tarif ne démarre pas de Kuala Lumpur mais de Phuket, en Thaïlande. Finnair opère en effet un vol direct les lundis, samedis et dimanches, entre l’île paradisiaque et Helsinki en Airbus A330.

L’avantage d’utiliser Expedia ici : il est possible de choisir son siège directement sur le site de l’OTA pendant la réservation, sans avoir à basculer sur celui de la compagnie.

route3

On constate que ce sont bien les sièges Vantage qui sont affichés, avec le fameux trône sur le côté gauche de l’appareil.

route4

La cabine Business de Finnair sur A330 : des sièges Vantage. – Source : Pinterest

Des sièges qui n’ont rien à voir avec les Cirrus III de l’A350, même si les couleurs et l’ambiance cabine sont fort ressemblants.

Les Cirrus de l’A350, qui a récemment fêté son premier anniversaire chez Finnair.

Conclusion.

L’aller-simple n’est pas encore possible partout. Il demeure même un concept rare chez les compagnies classiques. Mais lorsque l’alignement des planètes le permet, il est possible de monter des routings intéressants, combinant la possibilité d’engranger des gains sur plusieurs programmes de fidélité.

Vivement une généralisation de ce système !

Tyler.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

Publier un Commentaire