Programme de fidélité

[PROGRAMME DE FIDELITE] Que fait Delta Airlines de son SkyMiles ?

Capture d’écran 2015-03-10 à 15.49.54
Publié par Tyler Birth

Le programme de fidélité de la compagnie américaine Delta Airlines n’en finit pas de défrayer la chronique. Depuis 2013, de nombreux changements ont jalonné l’évolution de ce programme. “Changement” ? On le sait, dans l’aérien ce terme, associé aux FFP, ne préfigure jamais une issue favorable pour le voyageur fréquent. De surcroît chez Delta, il s’agit de réels bouleversements qui risquent bien de façonner l’avenir des programmes de fidélité aérien tels qu’on les connait actuellement.

Depuis 2013, le programme a connu deux étapes majeures. Deux sabordages en règle du programme. Heureusement une bonne nouvelle est venue éclaircir le sombre univers des SkyMiles.

Jusqu’à la fin de l’année 2013, le programme SkyMiles était l’un des plus généreux de l’alliance SkyTeam en raison de son tableau d’accumulation de miles. En effet la compagnie n’appliquait pas de décote sur les tarifs les plus bas de la classe économique.

En effet, toutes les classes offrent un minimum de 100% de miles Prime, auxquels s‘ajoutent éventuellement un bonus statut ; ainsi que de miles statut (appelés medaillon chez Delta).

Capture d’écran 2015-03-10 à 13.10.45

Phase I : MQDs

En 2013, Delta Airlines annonçait une première mondiale : l’instauration de Dollar de Qualification Medallion (MQD). Cela ne concernait que l’acquisition de statut. Pour acquérir un statut il fallait réunir des exigences de miles flown ou de segments ET une certaine somme de dollar. Celle-ci comptabilisait les dollars dépensés uniquement chez Delta, sur la base hors taxes du billet d’avion.

Par ailleurs, il faut noter que ces MQDs ne concernent que les citoyens américains. Même si le public français n’est pas concerné, le relater sur Tylerbirth.com est important car comme indiqué plus haut, ces nouveautés pourraient se répandre chez d’autres compagnies dans un avenir proche.

Pour le statut Gold Delta, il fallait du coup réunir 50 000 miles statut OU 60 segments ET 5 000 dollars (hors taxes) de billet d’avion.

Pour le statut Platinum, les exigences étaient 75 000 miles statut OU 100 segments ET 7 500 dollars (hors taxes) de billets d’avion.

MQD-chart

On le voit, avec un CPM de 10cts HT/$ dépensés, Delta tuait la possibilité d’obtenir des statuts à moindre frais.

Capture d’écran 2015-03-10 à 12.41.31

Cela concernait donc les miles statuts qui allaient être acquis pendant l’année 2014. Mais Delta ne s’arrêtait pas là !

Phase II : revenue-based

Une nouvelle formule allait voir le jour mi-2014, pour les miles prime de l’année 2015 : des miles prime accumulés STRICTEMENT sur la base des dépenses.

Capture d’écran 2015-03-10 à 13.32.57

Comme l’indique clairement le tableau ci-dessus, les miles, en tant que monnaie, calculés sur une distance étaient relégués au passé.

Désormais, si le mot “miles” est conservé, la seule méthode d’accumulation devient, là-aussi, les dollars dépensés. Avec, encore heureux, un bonus en fonction du statut atteint.

Dès lors, plus question de classes de voyage. Uniquement la somme déboursée. Là-aussi, hors taxes.

On pourra noter l’aberration qui consiste à ne pas offrir de miles primes ni de miles statut (MQD) sur les billets primes (classes R, O, N) alors que sur de tels billets le passager paye une surcharge carburant. Celle-ci n’étant pas une taxe, elle devrait normalement être comptabilisée comme dollar dépensé chez Delta Airlines…

Capture d’écran 2015-03-10 à 14.31.00

Mise en pratique : CDG-FCO

Capture d’écran 2015-03-10 à 13.56.37

Pour un passager sans statut qui récupère 5 miles par dollar 

Sur un Paris-Rome en classe Eco facturé 15 000 miles et 72€, il faudra avoir dépensé la somme de 3 000$ hors taxes

Sur le même billet Business facturé 25 000 miles et 82€, il faudra avoir dépensé la somme de 5 000$ hors taxes.

Pour un passager avec statut Diamond qui récupère 11 miles par dollar 

Le Paris-Rome en classe Eco requiert la somme de 1 364$ hors taxes.

Sur le même billet Business, il faudra avoir dépensé 2 273$ hors taxes.

Si l’on compare avec l’ancienne formule grâce à laquelle il était possible d’obtenir des miles avec 5cts$/miles (un très bon ratio), les sommes à réunir étaient toutes autres !

15 000 miles ne coûtaient que 750$, et 25 000 miles nécessitaient une dépense de seulement 1 250$…

La dernière étape ?

Delta a annoncé plusieurs bonnes nouvelles récemment.

Capture d’écran 2015-03-10 à 14.18.03

La première est la possibilité de gagner des MQDs chez la quasi-totalité de ses partenaires SkyTeam. Korean Air en est exclu, mais Virgin Atlantic et Virgin Australia en font partie.

Capture d’écran 2015-03-10 à 14.21.52

Bonne nouvelle annexe, cette mesure est rétroactive sur les billets achetés depuis le 1er janvier 2015. Une grande aide pour l’acquisition de statut.

Capture d’écran 2015-03-10 à 14.18.55

La seconde bonne nouvelle est la possibilité de trouver des billets prime pour seulement 10 000 skymiles pour des vols domestiques américains (c’est à dire hors Hawaii et Alaska, mais incluant certaines destinations au Mexique et au Canada).

Capture d’écran 2015-03-10 à 14.27.00

La troisième bonne nouvelle est l’augmentation de disponibilité de billet prime de 50% ! Un chiffre suffisamment rare et important pour qu’il soit relevé.

Enfin, les membres Diamond ont la possibilité d’embarquer en priorité avec les passagers First.

Ces nouveautés sont de bonnes nouvelles et il est intéressant de constater que celles-ci concernent les voyageurs très fréquents aussi bien que ceux qui sont plus occasionnels.

La prochaine étape ?

Depuis maintenant deux ans, Delta nous a habitué à détériorer son programme de fidélité tous les 6 mois. Deux questionnements sont donc posés à ce stade :

* Est-ce la fin des changements incessant ?

Cela permettrait de gagner en lisibilité pour les voyageurs, et de stabiliser un programme dont on a du mal à comprendre les louvoiements successifs.

* Y aura-t-iI contagion ?

Les MQD et le revenue-based sont une grande première pour une compagnie Legacy. En effet jusqu’à présent ce système était rare – aux Etats-Unis, seule la Low Cost Southwest l’utilisait. Maintenant que la boîte de Pandore est ouverte, on peut craindre que nombre de compagnie suivront cet exemple. Cela a d’ailleurs été le cas de United qui a lancé des “PQD” (Premier Qualifying Dollar) dans la foulée de Delta, et sur un tableau identique.

Il est évident que ces deux compagnies l’ont développé conjointement afin d’ouvrir cette nouvelle voie ; et il est à craindre que ce mal ne se répande, par effet de contagion, à d’autres compagnie des alliances SkyTeam et Star Alliance.

Tyler.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

Publier un Commentaire