Reportages

[REPORTAGE] British Airways – Business – LCY/JFK – A318

35
Publié par Tyler Birth

Introduction
British Airways – Business – LCY/JFK – A318
Hilton Millenium – New York
Conrad – New York
British Airways – Business – JFK/LCY – A318
___________________________________________

British Airways
BA003 – Airbus A318
London City Airport (LCY) / New York (JFK)
Cabine Business – Siège 4A
Jeudi 3 juillet 2014

J’ai eu l’occasion de l’évoquer dans l’introduction de ce reportage, British Airways, outre ses multiples liaisons quotidiennes vers New-York, propose un service spécial exclusivement opéré en classe affaire entre les aéroports de London City (LCY) et New York JFK. En effet, la compagnie opère en monocouloir entre LCY et JFK en raison de quatre vols quotidiens dont deux au départ de Londres et de deux au départ de New-York respectivement BA001BA003 et BA002BA004.

Deux stations séparent Canning Town de London City Airport, le trajet est donc très rapide pour atteindre LCY depuis l’aéroport d’Heathrow.

Bienvenue à London City Airport.  

1

L’aéroport de London City n’est vraiment pas grand. Plus de deux heures avant l’heure théorique de départ, le comptoir dédié au vol BA003 n’est pas encore ouvert. Néanmoins, il est possible de d’accéder en zone airside avec les cartes d’embarquement électroniques.

2

Pas d’accès prioritaire, le Poste Inspection Filtrage (PIF) est commun à toutes les classes de voyage. L’attente peut paraître longue.

3

4

La zone où se trouve la porte d’embarquement du vol BA003, et a fortiori son salon dédié, se trouve assez éloignée de l’agitation de l’aéroport. Il convient, pour s’y rendre, de traverser un long couloir, très lumineux.

5

Porte 24 et son salon réservé. Exclusivement dédiée à l’embarquement des passagers des services spéciaux British Airways entre London City Airport et New-York John Fitzgerald Kennedy.

6

L’écran affiche successivement la destination finale et l’escale de Shannon.

7

Avec vol BA001, les formalités d’immigration américaine se font sur place. Ainsi, les passagers sont invités à quitter l’appareil pour effectuer cette formalité administrative permettant de gagner un temps précieux à l’arrivée sur le territoire américain. Dans les deux cas, à savoir concernant les vols BA001 et BA003, cette escale à Shannon (SNN) permet aussi le refueling de l’avion dans la mesure où la piste de l’aéroport de London City est trop courte pour permettre de décoller à plein.

8

Pour accéder au salon dédié, il est nécessaire de descendre un escalier sans lumière naturelle. Il n’y a pas d’ascenseur pour descendre facilement ; ce n’est pas très pratique surtout si vous êtes chargé.

9

L’accueil est cordial. Je suis le seul passager dans le salon pour le moment. Visiblement, les habitués de ce service spécial ne tiennent pas à passer deux heures ici. Le salon en lui même est, à l’image du reste de l’aéroport, lumineux, avec de grandes baies vitrées donnant une vue imprenable sur le tarmac.

10

11

12

L’ambiance est cosy et l’offre est assez complète.

Depuis le salon, il est possible d’observer l’appareil du jour, un Airbus A318, immatriculé G-EUNA, livré le 28 août 2009 – il y a presque 5 ans. Sa capacité est de 32 passagers Business et est composé de cinq membres d’équipagetrois PNC et deux PNT.

13

14

Du côté des boissons, l’offre est composée d’un vin blanc, d’un vin rouge, de deux juspomme et orange – d’eaux plate et gazeuse et d’un champagne.

15

Le champagne est du Taittinger brut.

16

Du côte de l’offre solide, le choix est riche. Des noix, un gâteau aux pommes, des scones, un plateau de fromage, des fruits et différents snacks – chips et crackers. À noter toutefois que l’offre est dénuée de proposition de plats chauds, le salon n’étant pas adapté à cela.

17

18

19

20

Ma sélection pour occuper les deux heures à venir.

21

22

Le salon va se remplir petit à petit pour laisser place à 22 passagers prêts à embarquer. L’embarquement se fait directement sur le tarmac.

24

25

26

27

28

29

30

31

32

L’accueil à bord est chaleureux et je prends place au 4A.

33

La cabine est vraiment très agréable. Un monocouloir en 2-2. Une cabine plutôt claire et lumineuse, épurée et élégante. Mes premières impressions sont très bonnes.

34

35

36

Le contenu de la pochette : les deux magazines de la compagnie British Airways, une safety card, le manuel d’utilisation du siège et le casque sous blister.

38

Le pitch est très généreux.

39

La télécommande dirigeant les fonctionnalités du siège. Efficace, le siège est full flat. L’ottoman permet d’étendre au maximum la position lit du siège. Il est cependant impossible de s’asseoir sur l’ottoman.

40

L’escalier mobile est retiré, nous allons décoller sous peu en direction de Shannon (SNN).

41

42

43

Nous nous alignons en piste 27L pour le décollage.

44

45

46

47

L’équipage débute le service par la distribution des menus. Je trouve les menus British Airways vraiment élégants.

48

Un apéritif et une mise en bouche sont proposés jusqu’au sol irlandais. Champagne, eau gazeuse et canapés. Le champagne est du Taittinger comme au salon. À noter qu’un choix de champagne rosé est également disponible.

49

50

52

53

Sur ce vol, l’utilisation du téléphone portable est possible. En effet, les deux Airbus A318 de British Airways sont équipés du système On Air. Néanmoins, pour le confort des autres passagers, les appels voix sont désactivés. L’opérateur du client facture l’utilisation du téléphone portable.

54

Nous débutons notre descente sur l’aéroport de Shannon avec une dernière vue bleutée avant de sombrer dans le gris du ciel irlandais.

55

58

59

60

Le vol BA003 n’effectue plus ses formalités d’immigration sur le sol irlandais, cette possibilité restant réservée au vol BA001 désormais. Nous ne quittons pas l’appareil pendant le refueling.

61

Les trousses de confort sont également distribuées durant cette attente. Cette trousse de confort British Airways Club World est en elle même très peu qualitative et non réutilisable. Sa composition est à peine correcte.

62

64

Nous repartons, cette fois à plein, en avance sur l’horaire prévu.

65

66

67

Les sièges ne sont pas équipés d’IFE. Des iPad sont distribués aux passagers. La solution de l’iPad permet de remédier à cette absence. Moins lourd, cela permet d’alléger le poids de la cabine.

68

Le système est intuitif et le chargement optimal. Les films en langue française sont nombreux et la sélection musicale est éclectique. À noter, l’absence de géovision.

69

Un apéritif est, de nouveau, proposé. Sans les canapés qui  sont, eux, réservés pour la mise en bouche. Un sachet de noix est cependant distribué pour accompagner le champagne.

70

La table est ensuite dressée et l’entrée fait son apparition. Une salade accompagnée de tomates et de copeaux de parmesan. Le pain est également proposé chaud. Plusieurs choix sont disponibles.

71

72

73

74

75

La prise de commande du plat s’est faite à Shannon. Une fois l’entrée terminée, celui-ci est donc amené directement au passager. J’ai opté pour la pièce de boeuf accompagnée de légumes et de sa sauce au wasabi.

76

77

La pièce de boeuf est trop cuite à mon goût mais étonnamment l’ensemble est plutôt bon.

78

British Airways est membre des compagnies proposant le choix entre le fromage et le dessert. Après négociation, je parviens à obtenir les deux. Le fromage est accompagné de crackers.

79

80

Le dessert est un gâteau à la pomme, accompagné d’une crème anglaise, d’éclats de noix et d’une cerise.

81

Le service s’achève par la distribution de chocolats et d’une bouteille d’eau.

82

83

La cabine s’éteint progressivement pour permettre aux passagers de se reposer après ce déjeuner.

84

85

86

87

le moodlighting et le rétro-éclairage de la cabine sont intéressants puisqu’ils sont positionnés sur le bandeau au niveau des coffres à bagages. Le réveil se fait à moins de deux heures de l’arrivée sur l’aéroport de New-York JFK.

88

La seconde prestation est ensuite proposée. Il s’agit d’une assiette d’antipasti. La table n’est pas dressée et le plateau est directement déposé sur la tablette du passager.

89

91

L’assiette est accompagnée d’une tartelette et d’une crêpe aux fromages.

92

93

Le galley arrière permet la préparation des deux prestations. L’espace n’est pas grand mais convient visiblement à la composition de l’appareil.

94

95

96

Le début de descente est annoncé par le commandant de bord et la cabine est préparée pour son atterrissage à New-York JFK.

98

99

100

101

103

Atterrissage.

104

105

S’en suivra un longue attente sur le tarmac. En effet, l’ouragan Arthur approchait la côte Est des Etats-Unis en même temps que nous. Une pluie torrentielle s’est abattue sur l’aéroport JFK quelques minutes après notre atterrissage ce qui retardera le décollage des autres appareils et qui ne nous permettra pas d’obtenir une place de parking rapidement.

106

107

108

109

 

Ce service spécial de British Airways est généralement commercialisé plus cher qu’un vol en Club World sur la même destination. Il dispose de nombreux avantages notamment les formalités d’immigration réalisées à Shannon en Irlande avec le vol BA001. Par ailleurs, le fait d’embarquer à bord d’un appareil configuré uniquement en Business confère aux passagers une impression de vol réalisé en jet assez privé. L’intérêt supplémentaire, appelé cependant à disparaître, est le crédit du même nombre de Tier Points BAEC que pour un vol long courrier en First. La grande déception restera cependant le catering de ce vol qui n’est, à mon sens, pas à la hauteur de ce service très spécial voulu par la Compagnie.

Alors ce vol, oui. Mais uniquement s’il est réservé de préférence avant le 28 avril 2015 !

 

Tyler.

 

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

Publier un Commentaire