Actualité Programme de fidélité

Imbroglio chez British Airways : peut-on toujours cumuler Avios et Tier Points avec des vols Qatar Airways ?

Retour de la classe R dans le tableau !
Publié par Tyler Birth

Les clients du programme British Airways Executive Club ont vécu quelques 24 heures d’angoisse en milieu de semaine. En cause, initialement, la rumeur d’une transformation impitoyable de la charte d’accumulation de miles pour des vols effectués chez Qatar Airways.

Sans crier gare, quelqu’un chez British Airways prenait l’étrange initiative de faire disparaître la classe R de Qatar Airways du tableau d’accumulation. Or, depuis plusieurs mois, c’est dans celle nouvelle classe de voyage que Qatar Airways publie ses meilleurs tarifs en Business.

Exemple au départ de Copenhague avec des tarifs un peu élevés mais qui illustrent la différence tarifaire entre la R :

bar4

Et la I :

bar3

Autre élément pour bien saisir l’importance de la nouveauté furtivement apparue sur le site de British Airways hier : un rappel sur l’accumulation d’Avios et de Tier Points est nécessaire

Au départ et à destination de Doha, les vols vers l’Asie du Sud-Est similairement à ceux vers l’Europe cumulent chacun 140 Tier Point en Business.

Copyright © 1996-2016 Karl L. Swartz. All rights reserved.

Copyright © 1996-2016 Karl L. Swartz. All rights reserved.

Avec les quatre segments de l’aller-retour ce sont donc 560 TP qui sont engrangés, soit un peu plus d’un tiers de ce qu’il faut pour acquérir le statut Gold de British Airways – le plus haut niveau de fidélité.

En revanche, en termes d’Avios, le total sera assez faible puisque la Business n’est rémunérée qu’à hauteur de 125% de la distance parcourue sans aucun bonus lié au statut du passager… Toutefois l’aller-retour Copenhague-Bangkok cité plus haut permet de gagner un peu plus de 15 000 Avios – ce qui n’est pas négligeable puisque cela permet d’effectuer par exemple deux « aller-retour » Paris-Londres avec British Airways en Economy.

Le coup de massue.

Partagée sur Flyertalk en premier, la nouvelle a rapidement enflammé le forum où de nombreux voyageurs fréquents se sont émus de l’absence totale de communication de la part de British Airways.

bar5

La raison invoquée : Qatar Airways aurait émis la volonté de rogner sur les dépenses du groupe IAG, dans lequel la compagnie qatarie est récemment montée au capital. Or parmi ces dépenses on compte naturellement le programme de fidélité, les miles étant une monnaie d’échange comme une autre, ainsi que le traitement, forcément onéreux, des passagers à statut.

Un vif émoi se faisait alors sentir chez les observateurs et clients réguliers, d’autant que sur le site même de British Airways, la classe R avait bel et bien disparu du tableau de référence !

-Pis, la compagnie anglaise confirmait la rumeur sur les réseaux sociaux…

Le soulagement n’est intervenu que le lendemain lorsque British Airways démentait la rumeur sur le même réseau social.

Même chose sur son site où on retrouvait le tableau d’accumulation tel quel, inchangé.

Retour de la classe R dans le tableau !

Retour de la classe R dans le tableau !

Conclusion.

Cette mauvaise blague aurait pu être une très mauvaise nouvelle. La classe R étant devenue la nouvelle classe « Promo » de Qatar Airways, elle est l’outil le plus pratique dans la course au statut.

Les différentes classes Business de QR : de "Promo" à "Flexi".

Les différentes classes Business de QR : de « Promo » à « Flexi ».

Imposer la I pour ce faire serait assez catastrophique en termes de coût puisqu’on a vu qu’il pouvait y avoir jusqu’à 20% de différence. Un cas de figure déjà rencontré chez Royal Jordanian, avec les répercussions que l’on connait

Malgré le démenti il conviendra de rester vigilant. British Airways n’en est pas à sa première dégradation puisque depuis que Alex Cruz a repris les commandes, les mauvaises nouvelles se succèdent et la low-costisation semble en marche

Tyler.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

Publier un Commentaire