Actualité Programme de fidélité

La Domestic First d’American Airlines devient « Business » : quel impact ?

aainventorychanges2
Publié par Tyler Birth

C’est une information interne qui n’avait vraisemblablement pas vocation à fuiter aussi vite : American Airlines va prochainement modifier les classes de réservation de sa Domestic First.

Comme chacun sait, les mono-couloirs de la compagnie américaine affectés aux liaisons domestiques – et par extension au Canada et au Mexique -, sont bi-classes. Une classe Economy et une classe First. Une dichotomie qui remonte à l’époque où les avions ne comportaient que deux classes de voyage.

La configuration en 2-2 est l'apanage de la Domestic First des compagnies américaines.

La configuration en 2-2 est l’apanage de la Domestic First des compagnies américaines.

Voici la note interne qui détaille les changements à venir :

Les classes F, A, P seront bientôt commercialisées en R, I, D, J.

Les classes F, A, P seront bientôt commercialisées en R, I, D, J. Source : Flyertalk.com

En soit, ces changements sont purement techniques et ne changeront rien à l’expérience à bord. En revanche, pour ce qui est de l’accumulation et l’utilisation de miles, les changements sont considérables. Et catastrophiques.

L’accumulation.

La quasi-totalité des programmes de fidélité proposent des taux d’accumulation différents selon que le voyage s’effectue en First ou en Business. Jusqu’à présent, la First cumulait en tant que First, qu’elle soit « Domestic » ou non.

C’est cela qui sera bouleversé puisqu’à partir du 11 janvier 2017 les vols dans cette cabine, qui s’appellera toujours « First », seront réservés dans des classes de réservation dédiées à la Business : la R (promo), I (saver), D (Value) et J (Flex).

aainventorychanges2

C’est chez British Airways et son Executive Club que l’impact est le plus important puisque le nombre de « Tier Points » (points statut) varie fortement selon que le vol s’effectue en First ou en Business :

  • Vol de moins de 2 000 miles de distance : 40 TP en Business / 60 TP en First ;
  • Vol de plus de 2 000 miles de distance : 140 TP en Business / 210 TP en First.

Cela signifie qu’un vol New-York – Los Angeles en First qui permet aujourd’hui de cumuler 210 TP, soit 420 aller-retour, n’en donnera plus que… 140 soit 280 aller-retour.

Une perte nette de justement 140 points entre l’avant et l’après : l’équivalent d’un vol en Business, totalement perdu.

Exemple concret avec cet aller-retour LAX-PTY en Business et First :

aainventorychanges4

Avec l’ancien barème :
210 + 60 + 60 + 40 + 40 + 210 = 640 Tier Points.

Avec le nouveau barème :
140 + 40 + 40+ 40+ 40+ 140 = 440 Tier Points.

Une perte nette de 200 TP, soit le tiers de ce qui est requis pour obtenir un statut Silver BAEC (Sapphire oneworld) …

Seuls seront épargnés les vols tri-classes qui commercialiseront toujours une « First », mais ceux-ci sont disponibles sur un nombre très réduits de vols, et il est bien entendu très difficile de les sortir aux tarifs « Business » dans le cadre d’un routing.

En utilisation de miles.

C’est la bonne nouvelle de ce changement. En basculant officiellement « Business », la classe « avant » des avions mono-couloirs et bi-classes sera facturée, en miles, au tarif Business et non First comme c’est le cas en ce moment.

Pour un aller simple côte Est – côte Ouest : il faut aujourd’hui sortir 50 000 miles en Domestic First :

aainventorychanges5

aainventorychanges7

Demain le même itinéraire en Business ne nécessitera que 37 500 Avios !

aainventorychanges6

Bien sûr, JFK-LAX est opéré en A321 tri-classe donc il est déjà possible de réserver de la vraie Business, mais cet exemple sert à illustrer les autres vols trans-continentaux américaines.

Conclusion.

Encore une mauvaise nouvelle en provenance d’American Airlines, et qui vient assombrir un peu plus le ciel du BAEC de British Airways qui, pour une fois, n’y est pour rien.

Acquérir un statut est une épreuve parfois longue et difficile. Derrière cette métamorphose, qui pourrait n’apparaître que technique, American Airlines a sans le vouloir (et sans le savoir) bouleversé un ordre établi et apprécié depuis fort longtemps …

Tyler.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

Publier un Commentaire